Ana Tijoux – La Yegros

Les Sens partent en Live

Los Pirañas – Ana Tijoux – La Yegros

***

 Black Summer Festival 2016

 Cabaret Sauvage

Alors qu’une bonne partie de la capitale avait les yeux rivés sur des écrans géants pour savoir qui du Portugal ou du Pays de Galles allait bien pouvoir atteindre la finale de l’euro, certains autres, plus avisés, se retrouvaient au Cabaret Sauvage pour la deuxième soirée du Black Summer Festival.

Une nouvelle fois la salle de concert aux airs de cirque fait très fort sur la programmation. Pendant l’été, les parisiens n’ayant pu partir en vacances vont pouvoir voyager, au moins musicalement avec ce festival qui fait vivre tous les ans pendant un mois la Great Black Music.

Même si l’annulation des shows de Bunny Wailer et Inner Circle ampute le festival de deux étapes caribéennes l’affiche reste bien fournie et vraiment alléchante.

Jugez plutôt :

affiche black summer.png

Et puis soyons honnête, les désistements, à la dernière minute, de stars jamaïcaines ne sont finalement pas si rares…

La première étape du parcours musical proposé par le festival se situe de l’autre côté de l’Atlantique, dans la chaleur humide d’Amérique du sud. C’est Bomba Estero, fervent représentant de la scène electro-cumbia colombienne qui ouvrait le bal à guichet fermé.

Nous avons attendu le deuxième jour pour retrouver trois perles des musiques afro-latines magnifiquement mises en valeur dans cet écrin de velours rouge qu’est le Cabaret Sauvage.

A notre arrivée,  barbecue, bières fraîches et terrasse accueillante nous font de l’œil, pas de doute on est (enfin) en été. On ne se laisse pas distraire, direction la salle.

IMG_1693

Los Pirañas


Le trio de musiciens colombiens Los Pirañas prévu en première partie est déjà en place. Les instrus entre boogaloo tropical, electro-cumbia énergique et chicha psychédélique s’enchaînent parfaitement. Un morceau improvisé s’intercale parfois illustrant la maîtrise et la liberté du groupe. 45 minutes qu’on ne voit pas passé s’écoule avant que les piranhas laissent place au groupe suivant.

Los piranas  - cabaret sauvage - les sens du son


Ana Tijoux

Ana Tijoux débarque sur scène lunettes de soleil rouge sur les yeux. Celle que l’on considère comme la Lauryn Hill d’Amérique Latine ne cesse d’impressionner. Née en France de parents chiliens la chanteuse va, dans les années 1990 intégrer le groupe de rap Makiza qui la dévoilera au public.

MC de grande classe, engagée et énergique elle s’installe au Cabaret Sauvage avec tout une troupe de musiciens. Les premières notes de l’impeccable section cuivres ameutent le public dans le cercle de la fosse.

Ça bouge, c’est propre, on sent que sur scène on prend du plaisir. Le guitariste se prend l’envie d’aller jouer au milieu du public, dans la fosse. Une belle prestation parsemée de surprises avec deux très bons musiciens invités.

Une heure d’un show mené tambour battant qui régalera les hispanophones venus en nombre ce soir. Les « otra ! otra ! » fleurissent dans les rangs du public invitant la MC à poursuivre le set.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La Yegros

Changement de plateau, c’est au tour de La Yegros de prendre part à la fête. Dès la pénombre revenue, le public se masse devant la scène pour être au plus proche de la reine de l’electro-cumbia. Véritable phénomène, c’est son premier album qui la propulse sur le devant de la scène musique du monde en France. Son morceau Viene De Mi extrait de l’album du même nom sorti en 2013 est adopté sans retenue par de nombreuses radios, notamment Nova, participant à cette ascension méritée.

Aujourd’hui elle vient présenter son deuxième disque, tout nouveau, tout chaud, dans les bacs depuis quelques semaines à peine. Magnetismo sorti sur l’excellent label Soundway Records qu’on ne présente plus.

C’est dans une tenue improbable et excentrique que La Yegros arrive sur scène devant une assistance déjà conquise. Une heure trente de show dans une moiteur quasi sud-américaine devant une assistance en ébullition qui n’hésite pas à donner allègrement de la voix.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une bien belle affiche pour cette soirée qui s’achève dans la sueur et les applaudissements d’un public ravi. Le Cabaret Sauvage a frappé fort avec cette programmation de qualité où trois pépites musicales de styles différents ont fait honneur à l’Amérique Latine.


 Les playlists du blog sont sur

SoundsGood-Logo-150x150

 

 

 

Publicités